Attention, la fréquence des permis augmente !!! renseignez vous au 02 97 36 31 69

Les plaisanciers retrouvent la gestion du port

André Hartereau, maire, et Pascal Boudouin, président de l’Association des pêcheurs plaisanciers, ont signé, hier, un contrat de prestation de service pour gérer le port. Tout ça pour ça. C’est ce que l’on aurait envie de dire au lendemain de la signature d’un contrat de prestation de service entre la ville et l’Association des pêcheurs plaisanciers pour les activités liées au port. Un acte qui met fin au feuilleton débuté il y a un an suite à la volonté de la municipalité de mettre en place, comme elle l’avait fait pour le camping de Saint-Caradec, une délégation de service public (DSP). Après un rétropédalage de rigueur on est (presque) revenu à la situation initiale. Dans les faits, pas de changement, mais il ne faut pas s’y méprendre, comme le soulignent à demi-mot André Hartereau, le maire, et Pascal Boudoin, le président des plaisanciers, cette crise a eu aussi des effets positifs. Elle a permis de lister et détailler l’ensemble d’interventions de l’association et de les formaliser. Pour la ville, cette contractualisation « permet de rentrer dans un cadre plus légal, ceci d’autant plus qu’il y a eu un appel à concurrence. Si la DSP était prévue pour une durée du quatre ans, là le contrat est signé pour dix mois sans tacite reconduction. Un nouveau contrat verra le jour en janvier 2018.

Un point tous les trimestres

« On va désormais se rencontrer tous les trimestres pour faire un point. Fort de ces bilans, on pourra réajuster les choses avant une nouvelle signature. Une situation de transition, même s’il n’y a plus de DSP à l’ordre du jour pour les années qui viennent. Si le premier magistrat entend toujours faire du port d’Hennebont, qui compte actuellement 150 mouillages, une pièce maîtresse : « On a là un port de fond de vallée sous exploitée », il y a sur ce dossier, qu’il qualifie de complexe, trop d’incertitudes. « On doit prendre en compte le devenir de Saint-Hervé. Quant à la demande de l’association qui souhaitait que les anciens bâtiments de la direction départementale de l’Équipement (DDE) soient transformés en capitainerie, pour l’instant, c’est impossible. C’est toujours à l’État. On a le temps de voir venir, cela ne se fera qu’après 2020 si cela se fait ». Pour toutes ces tâches (accueil des plaisanciers, surveillance du port et des quatre pontons, entretien et contrôle des mouillages, etc.) l’association se verra attribuer 4.585 €. Une somme qui lui permet notamment de contribuer au financement de l’emploi du permanent qui va être secondé par un second poste à mi-temps. Des contrats aidés qui complètent l’investissement des bénévoles de l’Association des plaisanciers qui ne compte pas leurs heures pour le port.

© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/morbihan/hennebont/port-les-plaisanciers-retrouvent-la-gestion-03-03-2017-11420549.php#ptuTk3Z9KGQjDCrf.99