Assemblée générale le 27 janvier 2019 à 9h

L’extension de la zone portuaire est en attente

Avec son port, Hennebont dispose d’un atout sous-utilisé. Pascal Baudoin, le président de l’association gestionnaire, s’exprime.

Le port d’Hennebont, à son échelle, se porte bien. Actuellement, il accueille plus de 200 bateaux. A 90 %, ceux-ci appartiennent à des gens d’Hennebont et des communes avoisinantes. Des bateaux de taille modeste, entre cinq et douze mètres. Un site protégé dont le potentiel n’est pas encore exploité à son maximum.

« Il y a là une énorme carte à jouer, estime Pascal Baudoin. Par jour, en saison estivale, on a jusqu’à dix bateaux qui remontent le Blavet et qui font demi-tour au pont Jehanne-la-Flamme. Parce qu’il n’y a pas assez de places, pas assez de pontons, pas de point d’accueil. » Faisant allusion aux péniches que des gens d’Angers vont faire venir en démonstration, au prochain salon nautique que prépare l’association, le président fait entrevoir des projets très porteurs pour le tourisme local.

En 2006, la Ville a demandé l’extension de la zone portuaire. Celle-ci irait du ruisseau du Toul-Douar, en aval, à l’écluse de Polvern, en amont. Le dossier progresse-t-il ? « Depuis huit mois, pas d’avancement concret. Il y a une partie commerciale, du côté du quai de sables, qui appartient à la Région. Demande a été faite par la commission portuaire auprès du Conseil général et de la DDE pour qu’il y ait rétrocession de cette parcelle mais on nous mène en bateau, depuis des années, là-dessus. Il faut qu’une fusion se fasse entre le département et la région. Que le tout soit à l’un ou à l’autre… »

L’association des Pêcheurs-plasanciers, par convention avec la ville, gère l’avant-port, soit la partie qui va du pont Jehanne-la-Flamme au viaduc mais estime qu’il serait possible de l’étendre bien plus loin. « Le bon projet serait d’aménager le quai, face à la DDE et y mettre des pontons. Une quinzaine de bateaux pourrait s’y mouiller. »

L’extension de la zone portuaire est en attente